Terebenthine.com

  • Expositions
  • Nouveautés
  • Exposition-vente le 13 mai 2012 à Olonne sur Mer, salle polyvalente Olonnespace.

  • Thèmes Blogotext

    Deux nouveaux thèmes sont en lignes, à télécharger gratuitement.
    Ils sont conçus pour le moteur de blogs ultraléger "Blogotext".



  • Le papyrus

    Histoire du papyrus

    Aux alentours de l’an 3000 avant J.C. en Égypte,  le besoin d’écrire se fit impérieux. Il fallait compter les denrées qui étaient prises comme impôts aux fermiers par les Pharaons, et compter les réserves de céréales qui étaient stockées pour les périodes de famine. Toutes ces opérations complexes devenaient beaucoup trop compliquées pour ne reposer que sur la mémoire.


    Stèle de Minnakht
    Originally uploaded by Clio20

    Les Égyptiens ont alors inventé les hiéroglyphes. Ce sont des signes qui peuvent être soit des idéogrammes (évoquant une notion proche de l’objet dessiné) ou des phonogrammes (représentant un son,  comme l’alphabet que nous utilisons actuellement pour les langues d’origine européenne). Les hiéroglyphes ©www.terebenthine.comse retrouvent  principalement sur la pierre gravée.  Une version simplifiée – l’écriture hiératique – en était la forme cursive, utilisée pour écrire sur le papyrus ou tout autre support à l’aide d’un calame (roseau taillé). Une version encore plus cursive – l’écriture démotique – fut plus tard utilisée pour tous les documents courants.

    Le système d’écriture égyptien fut abandonné peu avant notre ère, à l’époque Ptolémaïque. De nos jours il n’en subsiste plus que quelques caractères qui sont utilisés pour écrire le copte, une langue liturgique – on pense cependant que l’alphabet phénicien serait né d’une simplification de l’écriture hiéroglyphique, et que c’est donc là que les systèmes d’écriture latin (langues d’Europe de l’Ouest), grec et cyrillique (russe, etc.) trouvent leurs racines.

    Papyrus
    Originally uploaded by mezzoblue

    On écrivait sur tout ce qui se présentait : tablettes de bois, cuir mince, dalles de pierres, terre cuite ou ivoire. Mais les Égyptiens ont rapidement fait une invention de génie : un matériau parfaitement adapté, léger et flexible, qu’on appellera le papyrus – charta papyracea. Un roseau du Nil taillé suffisait pour écrire sur ce ©www.terebenthine.comformidable support. L’encre était faite d’ocre rouge ou de suie pilée en suspension dans l’eau. Plus tard, des couleurs supplémentaires ont été fabriquées à l’aide de minéraux broyés. À partir de l’Égypte, l’usage du papyrus s’est répandu dans tout le monde antique, au gré de l’expansion des empires antiques et des migrations.

    La production de papyrus a cessé en Égype au XIe siècle – du fait d’une sécheresse qui s’est prolongée plusieurs années, les ateliers de fabrication ont fermé et la technique a disparu. Il était déjà alors largement remplacé par le parchemin, une peau animale préparée pour l’écriture – puis ultérieurement par le papier que nous connaissons actuellement, qui a été inventé par les Chinois au premier siècle.


    Texture Papyrus
    Originally uploaded by
    ToNToN CoPT

    Plus léger, beaucoup plus économique et mieux adapté à la reliure, c’est le support qui s’est imposé depuis la Renaissance. ©www.terebenthine.com Il est apparu dès le début du IIXe siècle au Proche-orient, après que les Arabes en aient pris la recette de fabrication aux Chinois lors de la prise de Samarkhande en 704. Tout d’abord fait de coton (charta damascena, carta cuttunea ou charta bombycina), la fabrication intégrera progressivement les chiffons de lin puis le bois.

    Ce n’est qu’en 1962 que la production de papyrus reprendra en Égypte, seulement pour une qualité médiocre de papyrus, correspondant à celle que les anciens appelaient charta emporetica, une sorte de papier d’emballage. La plus grande partie du papyrus de bonne qualité qu’on trouve actuellement vient de Sicile.

    La fabrication du papyrus

    Dans l’antiquité, le centre vital de la production du papyrus se trouvait à ©www.terebenthine.comAlexandrie en Égypte. Il était soit fabriqué sur place, et envoyé à l’étranger déjà préparé – soit expédié sous forme de balles puis retravaillé dans le pays de destination après avoir été réhydraté. A Rome se trouvaient de grands entrepôts nommés horrea chartaria, dans lesquels étaient stockés ces balles.


    Papyrus Boat
    Originally uploaded by mK B.

    Le papyrus (Cyperus papyrus) était l’une des plantes les plus importantes de l’Egypte ancienne. La région, par ailleurs assez peu fertile si l’on s’éloigne du Nil, produisait peu ou pas de bois – et c’est avec les tiges de papyrus qu’on fabriquait les bateaux, qu’on faisait du feu pour cuisiner – on utilisait aussi les fibres pour faire des tapis, des tissus grossiers, et  le jus pour faire des boissons. C’est tout naturellement que les Egyptiens se tournèrent vers cette plante à tout faire lorsqu’ils ont cherché un support d’écriture.

    On retrouve des traces de la méthode de fabrication de l’époque sur les murs d’une tombe, à Thèbes, où l’on voit un homme dans une barque qui cueille les roseaux de papyrus pendant qu’un autre les rassemble en javelles.

    Pline l’Ancien nous décrit la manière dont la tige est coupée en minces rubans à l’aide ©www.terebenthine.comd’une aiguille (sic).  Cela est facilité par le fait que la plante est un monocotylédone, elle possède donc une structure en fibres parallèles (comme, par exemple, le poireau). Les  lamelles étaient alors juxtaposées sur une table, suivant la forme désirée, d’abord une première couche (stamen) puis une seconde couche perpendiculaire (subtemen). L’ensemble était hydraté avec de l’eau boueuse du Nil puis mise à sécher sous presse. La sève de la plante, collante, suffit à maintenir les lamelles entre elle. Elle peut être dissoute de nouveau par trempage, ce qui permet éventuellement de retravailler le matériau.

    Pline suggère également que d’autres manipulations pouvaient être effectuées, qui permettaient d’obtenir différentes qualités de papyrus :

    • Charta dentata – papyrus poli avec une dent (un brunissoir)
    • Charta emporetica – basse qualité, sorte de papier d’emballage
    • Charta emphitheatrica, saitica, leonitica – qualités moyennes
    • Charta augusta, regia, liviana©www.terebenthine.comqualités supérieures
    • Charta hieratica – qualité spéciale pour les ouvrages religieux
    • Charta macrocolla – feuille de grande taille.

    La plante


    Papyrus blooms
    Originally uploaded by Ian W Scott

    Papyrus est le nom du support d’écriture ainsi que de la plante qui sert à le fabriquer. Il s’agit d’une sorte de roseau monocotylédone qui pousse dans les marécages. Sa tige triangulaire peut atteindre les 10 cm de diamètre, et une hauteur de plus de 3 mètres lorsque les conditions sont favorables. Il est autochtone du Nil et ©www.terebenthine.comdu Niger, ainsi que des régions proches de la Mésopotamie.

    • Nom scientifique: Cyperus papyrus
      Nom que lui donnaient les Egyptiens : uaz
    • Noms grecs : biblos, papyrus, chartes
    • Nom latin : charta

    Les rouleaux de papyrus

    Les ouvrages rédigés sur papyrus étaient la plupart du temps roulés. La reliure des feuilles telle qu’on la connaît aujourd’hui est inadaptée à ce matériau (même si on en a des exemples tardifs) et ne s’est répandue qu’avec l’utilisation du parchemin. Un papyrus plié a tendance à se casser suivant la ligne de pliure.


    Model of a rolled papyrus
    Originally uploaded by sukisuki

    La largeur habituelle d’une feuille de parchemin était en moyenne de 25 centimètres, mais il était facile d’assembler des feuilles par collage pour en ©www.terebenthine.com faire des rouleaux appelés scapus. Il était vendu soit en feuilles individuelles (kollémata) de taille variable, Le plus long qu’on ait retrouvé atteint les 40 mètres de long. Mais les plus grands volumes étaient évidemment difficiles à manipuler, et on rapporte le bon mot d’un bibliothécaire d’Alexandrie : « Mega biblion, mega kakon » – c’est à dire : gros livres, gros ennuis.

    On écrivait souvent en colonnes (selides en grec, paginae en latin) de largeur variable, perpendiculaires à la longueur du rouleau. Cependant, on sait qu’à Rome à l’époque de César les documents officiels étaient rédigés transversa charta, c’est à dire sur une colonne dans le sens de la longueur du rouleau. Pour les documents destinés à la vente, seul le recto est utilisé. C’et le côté sur lequel les fibres courent horizontalement par rapport à l’écriture, ce qui aide grandement à écrire droit. Les documents plus ordinaires, ou à usage privé, les deux côtés sont utilisés. Les papyrus égyptiens, par contre, sont souvent écrits des deux côtés.

    Les rouleaux étaient fixés sur des tiges de bois (omphalos en grec, umbilicus en latin), qui permettaient de les enrouler. Le rouleau était fixé à la fin du livre. Contrairement aux Torahs actuelles qui ont généralement deux tiges de bois, les ©www.terebenthine.com manuscrits romains n’avaient le plus souvent qu’un ombilic.

    Actuellement

    On trouve actuellement du papyrus pour tous les travaux artistiques à prix modique sur le site du Géant des Beaux-Arts.



    Marque-pages en papyrus véritable

    Papyrus véritable (voir l’histoire du papyrus)
    Écriture rustica
    dimensions approximatives 4 cm x 17 cm
    Sans rubans ni cachets.

    Les frais de port sont calculés par le système de panier.

    La réalisation demande un peu de temps, n’oubliez pas de les commander au moins une dizaine de jours avant la date à laquelle vous devrez les offrir…

    Pour commander, indiquez ci-dessous le texte à écrire puis cliquez sur « Ajouter au panier ».
    Pour commander plusieurs marque-pages, recommencez l’opération (en indiquant le texte à écrire à chaque fois).
    Attention à l’orthographe, en particulier pour les prénoms.
    En cas de difficultés (grande quantité, problèmes d’affichage etc.), contactez-moi par l’intermédiaire de la boîte de dialogue.

    €4,00 pièce
    Texte à écrire :

    Une réponse à “Le papyrus”

    1. Papy Russe dit :

      On en apprend tous les jours. Merci.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    *

    © Flo 2010
    Copy Protected by Tech Tips's CopyProtect Wordpress Blogs.